Comment rassurer ses employés ?

Comment rassurer ses employés ?

La remobilisation des équipes après la crise passe par plusieurs phases : un inventaire dans lequel chacun peut partager ses expériences, échanger le plus largement possible sur les transformations que la crise peut entraîner au niveau de l’entreprise, et une projection de courte, des objectifs à moyen et même à long terme, si c’est possible.

Motivant, rassurant, rassurant : ce sont les missions du Führer après le confinement. Comment vous y prenez-vous ? Comme la crise a été vécue différemment d’une personne à l’autre, il n’existe pas de solution toute faite pour répondre à toutes les situations. Mais une chose est sûre : lorsque le stress augmente, la motivation diminue. Au lieu de protocoles de sécurité, il reste du temps avant tout processus de récupération pour faire face à la période d’après crise. Voici quelques conseils pour remettre vos équipes sur la bonne voie.

A lire en complément : Quelles sont les études pour devenir comptable ?

PRENEZ LE POULS DES EMPLOYÉS

Lorsque nous examinons l’état d’esprit du salarié en lui donnant la parole, nous pouvons poser les premières pierres du processus pour le calmer. Dans cette première phase, nous allons effectivement collecter des informations pour mesurer le niveau de stress dans l’entreprise et apprendre comment les employés ont vécu la période de confinement. De cette façon, nous verrons également à quoi ils ressemblent en termes de fatigue ou de motivation. Cette étape peut être réalisée de différentes manières : en s’adressant directement à tout le monde ou en lançant une enquête interne anonyme en ligne avant de discuter avec tout le monde. Cette enquête peut également être l’occasion de leur demander comment ils voient l’avenir de l’entreprise : L’occasion pour le manager de tirer les leçons de l’époque.

PERSONNALISEZ LE PLAN D’ACTION

En fonction des résultats de l’enquête interne et du conseil des employés, l’entreprise a la possibilité d’ajuster son discours et son plan d’action, surtout si les employés n’étaient pas tous sur le même niveau d’action pendant la période de confinement. En fait, certaines entreprises ont dû immobiliser tous leurs employés, tandis que d’autres ont continué à fonctionner normalement. Au sein de la même entreprise, certains travaillaient en télétravail, d’autres étaient partiellement actifs et d’autres continuaient à travailler localement. Les entreprises ont constaté que certains de leurs employés sont touchés par la Covid-19. Autant de situations qui signifient À la fin de la crise, tout le monde n’aborde pas la situation de la même manière. Il revient donc à l’entreprise d’élaborer son plan d’action pour le Ramenez tout le monde à la normale et faites-en autant que possible au cas par cas. Objectif : permettre à chacun de revenir à la normale.

A lire en complément : Quels sont les différents droit ?

ÉCOUTE ET EMPATHIE

Vulnérabilité et peur face au déconfinement, impatience et enthousiasme pour la reprise : l’entreprise doit faire face à des états d’esprit différents. Une enquête du GESEC montre que près d’un salarié sur deux se dit préoccupé par sa santé et/ou celle de ses proches (voir les résultats à la fin de l’article). Pour faire face à la période d’après-crise, il faut donc faire preuve de compréhension et d’empathie envers ceux qui ont peur de revenir à la norme. Ce plaisir sera bien vécu par les employés concernés, qui se sentiront rassurés.

Pour le leader, cela peut se faire concrètement en utilisant le mot et précise qu’il a compris que cette crise pouvait laisser sa marque et que chacun aurait pu vivre la situation différemment. Même si un redémarrage de l’activité est essentiel à la durabilité de l’entreprise, cela peut aider les employés les plus concernés à ne pas se dépasser à tout prix dès le début : si vous êtes engagé et uni d’abord, la performance viendra ensuite. Cela ne signifie pas que des objectifs ambitieux ne doivent pas être fixés, mais qu’ils doivent être réalistes.

RENFORCEZ VOTRE BONNE VOLONTÉ ET VOTRE OPTIMISME

Une gestion bienveillante réduit le stress dans les entreprises et a donc également un effet motivant. Prenez le temps avec vos équipes, par exemple, lorsque vous leur parlez de nouvelles procédures opératoires (nouvelles consignes de sécurité, connaissance des gestes barrières, formations futures, etc.) expliquez, vous pouvez les rassurer. Restez en contact avec eux et soyez disponible : plus que jamais, les employés ont besoin de savoir que le responsable, la figure d’autorité de l’entreprise, est là pour les soutenir et échanger des idées avec eux. En cette période d’incertitude et d’émotions douloureuses liées au virus, communiquer son optimisme sera plus motivant pour eux que de céder au pessimisme environnant.

L’enquête GESEC

En mai, nous avons fait circuler un sondage auprès des employés des réseaux membres afin d’explorer les sentiments suscités par cette période de confinement sans précédent. Voici les principales conclusions :

Parmi les employés interrogés :

  • 58 % étaient au chômage (chômage partiel, congé parental, congé de maladie, etc.),
  • 25,5 % En télétravail,
  • 16,5 % étaient actifs dans des conditions « normales ».
  • 88 % se disent satisfaits ou très satisfaits de la façon dont leur entreprise a géré la situation.

Aujourd’hui, ils se sentent plutôt bien (note moyenne de 3,9/5 ), bien que des inquiétudes subsistent.

  • 49 % se disent préoccupés par leur santé et/ou celle de leurs proches.
  • 36 % s’inquiètent de leur travail et/ou de l’avenir de leur entreprise.