Quel est le mode de sortie de l’investisseur ?

Quel est le mode de sortie de l’investisseur ?

Tps de lecture estimé : 15 min

Investir dans le capital-investissement signifie entrer dans le capital de sociétés non cotées et soutenir directement l’économie. Vue d’ensemble des supports, des rendements et des risques.

A voir aussi : Boostez votre productivité grâce à la méthode Pomodoro

Le capital-investissement, un investissement récent destiné à stimuler la reprise économique qui était initialement réservé aux business angels, devient de plus en plus accessible. Il s’adresse aux investisseurs qui recherchent une idée de leur épargne et un rendement élevé dans un univers de faibles taux d’intérêt. Toutefois, avant d’investir, vous devez connaître les spécificités de cet investissement.

A découvrir également : Créer une SASU : pourquoi choisir ce statut et comment faire ?

SOMMAIRE

  • Qu’est-ce que le private equity ? Définition et explications
  • Pourquoi investir dans le private equity : quel est le rendement ? Quels sont les risques ?
  • La fiscalité du capital-investissement

Qu’est-ce que le private equity ? Définition et explications

le capital-investissement, Littéralement, les capitaux propres, privés ou non cotés, consistent à acheter des actions de sociétés qui ne sont pas cotées en bourse. Cet investissement est réalisé directement ou par l’intermédiaire de sociétés ou de fonds. Étant donné que les titres ne sont pas cotés sur les marchés financiers, on dit souvent que le capital-investissement permet d’investir dans ce que l’on appelle l’économie réelle.

Traduction du capital-investissement : private equity

Investir dans le private equity ou le private equity signifie acheter des actions d’une société qui n’est pas cotée sur les marchés financiers.

Devenir actionnaire d’une entreprise locale, une start-up qui n’a pas fait d’introduction en bourse et qui aide un ami en investissant dans le capital de son entreprise, c’est investir dans le capital-investissement.

À l’inverse, investir en bourse consiste à effectuer des transactions boursières .

L’opération d’achat n’est pas les actions cotées peuvent être réalisées lors de la création de la société ou lors d’augmentations de capital ultérieures. Cet achat de titres peut également permettre aux actionnaires existants de quitter la société. Dans ce cas, cette opération n’entraîne pas d’augmentation du capital ou des capitaux propres de l’entreprise.

Les particuliers en tant que personnes physiques peuvent devenir actionnaires de sociétés qui ne sont pas cotées en bourse.

Les personnes morales, appelées commanditaires, pratiquent également ce type d’investissement et représentent la plus grande part de marché. Nous distinguons entre :

  • Les sociétés d’investissement telles que les sociétés de capital-risque, les grandes entreprises dans le cadre de leur diversification ou de leur croissance externe, et les participations dans des participations, souvent familiales. Les entreprises de family office qui gèrent les actifs de leurs clients recherchent également ce type. opérationnel.
  • les investisseurs institutionnels (fonds de pension, fonds de pension, etc.) pour diversifier et augmenter le rendement de leurs actifs au fil du temps. Pour des raisons de liquidité, dont nous parlerons plus loin, certains investisseurs, tels que les compagnies d’assurance, sont réglementés dans leur part d’investissements en private equity.

Le marché du private equity, en forte croissance depuis plus de dix ans, représente 795 milliards d’euros en Europe et plus de 3 400 milliards de dollars dans le monde fin 2019. En comparaison, les fonds d’investissement cotés gèrent environ 7 billions de dollars.

L’Europe est un acteur important dans le domaine du capital-investissement. En 2013, 38 % des fonds investis étaient d’origine européenne, dont 7,9 % pour la France. 26,6 % provenaient des États-Unis.

les différents types et professions des ressources propres privées

Selon les objectifs poursuivis, différents types de opérations de capital-investissement.

Capital de risque ou capital d’innovation ou capital-risque

L’objectif de l’investissement en capital est d’augmenter les capitaux propres de la société au cours des premières années de sa création . Il s’agit souvent d’entreprises innovantes, dites start-up, à fort potentiel de croissance, mais présentant un risque important en retour.

Lorsque l’opération finance la création de l’entreprise au moment de sa création, on parle de capital d’amorçage. Les acteurs du private equity sont moins nombreux dans ce segment compte tenu du risque élevé de ce type d’investissement.

Capital de développement ou capital de croissance ou capital de croissance

L’achat de titres non cotés peut également se faire lors d’une augmentation de capital afin de contribuer au développement d’une société en croissance. Il s’agit alors de capital de développement.

capital d’inversion

Le but une opération de capital-investissement peut également impliquer le financement d’une entreprise en difficulté financière. Ces investissements sont la spécialité de ceux qui sont impliqués dans le redressement ou le redressement du capital.

Transfert de capitaux

Les opérations de capital-investissement consistent en l’achat de tout ou partie du capital d’une société dans le but d’initier ou d’exécuter son transfert . Nous parlons ensuite de « rachat de capital-investissement ».

En fait, ces entreprises sont matures et rentables.

Cet investissement en private equity s’accompagne d’un financement externe pour l’acquisition de titres et d’une augmentation de capital afin de poursuivre le développement de l’entreprise par le biais d’activités de croissance externe.

Ce type d’opération est également connu sous le nom de « rachat par effet de levier » en raison de l’utilisation d’un prêt, ce qui vous permet de bénéficier d’un effet de levier.

Ces opérations de transfert de capitaux sont généralement les plus recherchées par les investisseurs en private equity et sont depuis longtemps les plus pratiquées en France.

Avec l’émergence de nouvelles technologies numériques et d’activités dites « perturbatrices », les opérations de capital-risque et de capital de développement ont néanmoins tendance à augmenter.

Comment investir dans le capital-investissement ?

La mise en œuvre du private equity peut être réalisée de deux manières.

Il est possible d’entrer dans le capital de sociétés non cotées en sélectionnant et en ciblant des entreprises et en devenant actionnaire direct.

Néanmoins, la méthode d’investissement par les entreprises ou les fonds reste la plus utilisée. Il permet à l’investisseur de diversifier les portefeuilles d’actions non cotées et de déléguer la gestion à une société spécialisée.

Investissez directement en devenant actionnaire de not sociétés cotées

Ce type d’investissement direct en private equity est principalement pratiqué par :

  • Des titres qui construisent leur propre stratégie de portefeuille.
  • Les membres de la famille qui recherchent des investissements dans des secteurs définis avec leurs clients.
  • Les entreprises qui souhaitent diversifier leurs activités.

Ces acteurs disposent d’une surface financière suffisante pour diversifier eux-mêmes leurs portefeuilles de capital-investissement par le biais de leurs investissements directs, ou ils sont relativement diversifiés par le biais de leur cœur de métier lorsqu’il s’agit de sociétés d’exploitation.

Ces dernières années, les particuliers se sont également intéressés au marché du capital-investissement. Réunis depuis longtemps dans des clubs dits business angels, ces individus investissent désormais directement via des plateformes de crowdfunding ou « Financement participatif ».

Ces institutions mettent en relation des investisseurs individuels et des sociétés non cotées à la recherche de capitaux. Le billet pour le capital d’entreprise est réduit pour être accessible aux particuliers. L’analyse des entreprises proposées est généralement effectuée par les institutions de financement participatif elles-mêmes sur la base des éléments fournis par les entreprises.

Cet investissement direct attire un grand nombre d’épargnants avec deux avantages principaux :

  • Elle est réalisée directement dans une entreprise spécifique et non par l’intermédiaire d’un fonds d’investissement de plusieurs sociétés. L’épargnant choisit lui-même l’entreprise dans laquelle il grandit. Cet investissement est donc logique pour l’investisseur individuel.
  • Une fois cela fait, les investissements ne sont pas évalués au quotidien et permettent de gérer les fluctuations quotidiennes d’un marché coté éliminez-les.

Le principal inconvénient est le manque de liquidités, comme nous le verrons ci-dessous, et la diversification. Chaque investissement direct doit donc constituer une partie limitée des actifs de l’épargnant.

Comment fonctionnent les sociétés de capital-investissement et les fonds d’investissement ?

Les entreprises et les fonds de capital-investissement devraient lever des fonds auprès des investisseurs et constituer un portefeuille diversifié d’investissements en actions dans des sociétés non cotées.

Ces fonds peuvent avoir une source d’investissement privée qui provient d’investisseurs privés (les commanditaires susmentionnés).

Parmi les fonds privés les plus importants du marché , on peut citer Blackstone, numéro un mondial en termes d’actifs sous gestion, Carlyle ou Apollo Global Management.

Certaines de ces sociétés de capital-investissement sont elles-mêmes cotées en bourse (Blackstone, Tikehau Capital ou Eurazeo, par exemple).

L’origine de leur financement peut également être publique ou étatique, comme les fonds souverains.

Ces sociétés et fonds communs de placement utilisent également des prêts bancaires pour augmenter les rendements grâce à l’effet de levier généré par ce type de financement.

En raison de leur nature et de leur mode de fonctionnement, ces fonds communs de placement constituent un excellent outil pour canaliser l’épargne vers le financement des entreprises.

Avec la crise sanitaire, cette incitation à investir dans des sociétés non cotées devient de plus en plus importante pour les sociétés de financement et la lutte contre la crise économique.

En ce sens, en octobre dernier, l’État français, sous les auspices de BPI (Banque publique d’investissement), un fonds d’investissement qui vise à orienter l’épargne des particuliers vers le financement de l’économie réelle.

Le Fonds Bpifrance Entreprises 1

Ce Le fonds est accessible à partir d’un investissement de 5 000€ et est géré par la société de gestion Bpifrance Investissement. Elle comprend plus de 1 500 sociétés non cotées par le biais de fonds d’investissement existants, dans lesquels Bpifrance investit depuis quinze ans.

Il s’agit donc d’un fonds qui vous permet d’investir dans des fonds déjà gérés par le BPI et mis en place entre 2005 et 2016. L’investissement peut être réalisé via une plateforme numérique ou via les réseaux de banques, de compagnies d’assurance et de gestionnaires d’actifs.

Il est réservé aux personnes physiques résidant en France qui sont qualifiées de profanes conformément aux dispositions du MIF et qui acceptent un risque de capital.

La durée minimale du stage est de 6 ans et peut être prolongée d’un an. Ce fonds est un FCPR (Risk Mutual Investment Fund), mais ne propose aucun abonnement spécifique avantage fiscal. Cependant, il est possible d’optimiser la fiscalité de l’administration et de la cession grâce aux enveloppes d’assurance vie, PEA-PME et PER dans lesquelles le fonds peut être souscrit. Lorsque vous investissez dans un compte de titres ordinaire, le gain en capital potentiel est exonéré d’impôt sur le revenu et ne contribue qu’à la sécurité sociale. Contributions de 17,2 % si la vente est réalisée après 5 ans de propriété.

Les fonds d’investissement peuvent gérer eux-mêmes leurs avoirs ou déléguer la gestion à des sociétés de gestion spécialisées dans le capital-investissement (appelées associés généraux) .

Comme nous le verrons, certains fonds comme le FCPI (Mutual Investment Funds in Innovation) et les FIP (fonds communs de placement) bénéficient d’avantages fiscaux lorsqu’ils investissent pour encourager les particuliers à souscrire.

Comment sortir d’un investissement dans le capital-investissement ?

En tant que Si les investissements en capital-investissement ne sont naturellement pas cotés en bourse, aucun marché n’organise l’offre et la demande et donc la liquidité des actions souscrites. Il y a donc la question de l’élimination progressive des investissements.

Cette sortie peut prendre différentes formes : rachat d’actions directement par l’intermédiaire d’un autre investisseur (fonds, gestionnaire, etc.) ou via un marché coté (via une introduction en bourse) ou rachat des actions par la société elle-même.

En tout état de cause, la sortie n’est pas connue à l’avance en termes, données ou valeur, ce qui rend la liquidité de l’investissement en private equity incertaine.

rachat d’actions

L’investisseur S’ils veulent liquider leur investissement en capital-investissement, vous devez trouver un acquéreur pour les actions qu’ils détiennent.

Cet acheteur est propre à chaque entreprise et varie d’un cas à l’autre selon le secteur d’activité, situation économique et évaluation. Il peut s’agir de :

  • une autre société d’exploitation dans le cas d’un rapprochement d’entreprises.
  • un autre acteur du capital-investissement , tel qu’un fonds.
  • Les dirigeants d’entreprise qui souhaitent faire sortir les actionnaires du private equity de leur capital.
  • une introduction en bourse accompagnée d’une vente d’actions d’investisseurs en capital-investissement et d’une augmentation de capital pour financer la croissance future.

Par le biais du remboursement du capital

La société peut également détenir des parts d’investisseurs dans le capital-investissement si elle en a les moyens financiers, puis annuler ces mesures .

Pourquoi investir dans le capital-investissement : quel est le rendement ? Quels sont les risques ?

Lorsqu’il s’agit d’investir dans des actions, Le Private Equity a une période de détention relativement longue. Cela implique également un niveau de risque élevé, d’autant plus que les titres ne sont pas cotés et manquent donc de liquidités.

En contrepartie de cet appétit pour le risque considérable, les attentes en matière de bénéfices sont élevées, bien qu’elles ne soient pas toujours présentes. Malheureusement, cela aurait pu être le cas pour l’épargnant privé qui a investi dans un cadre d’incitations fiscales.

les risques du private equity

Investir dans le capital-investissement comporte deux risques principaux : le risque de liquidité et le risque de capital.

risque de liquidité

Le principe du private equity est que les actions ne sont pas cotées sur un marché organisé, la vente de chaque holding est traitée au cas par cas, comme nous venons de le voir : remboursement via un autre fonds, introduction en bourse…

Le processus de vente est donc relativement long et l’investisseur ne peut pas vendre ses titres en quelques secondes seulement comme il le fait en bourse. et recevez immédiatement la liquidité de la vente.

En outre, la vente ne peut être envisagée que si la valeur des actions a suffisamment augmenté pour offrir à l’investisseur un rendement satisfaisant. Cela nécessite que l’entreprise ait eu le temps de se développer et de croître en cas d’opération de capital-risque ou de développement, ou que le prêt qui a financé l’achat des actions soit radié dans le cadre d’un programme de transfert.

En outre, les périodes d’investissement recommandées pour le private equity se situent entre au moins 5 et 7 ans, souvent 10 ans .

Si les abonnements réalisés bénéficient d’un avantage fiscal, la période de détention minimale requise est de 5 ans. Cette durée est légale afin de ne pas remettre en cause l’avantage obtenu. En fait, les fonds qui gèrent ces actifs ont besoin d’un délai plus long pour terminer leur liquider les investissements, en moyenne, entre 5 et 7 ans .

risque de capital

Le risque de capital lié à l’investissement dans le capital-investissement est inhérent à chaque investissement en actions. Il s’agit du risque de perte de valeur de l’entreprise et donc des actions si l’activité ne se développe pas comme prévu et encore plus si elle est ou reste déficitaire, sans perspectives de croissance solides. Ce risque peut aller jusqu’à la faillite de l’entreprise et à la perte totale du montant investi .

Cependant, ce risque est aggravé par l’absence d’une cotation qui ne permet pas de réaliser facilement et régulièrement des gains en capital . Le succès de l’investissement et son rendement dépendent entièrement de la possibilité de quitter les participations et de leur valorisation.

De plus, cet examen est loin d’être évident . Aucun Le cours de l’action peut les mener ici. Il est basé sur différents modèles spécifiques à l’évaluation des entreprises (méthode de l’actif net réévalué, méthode d’actualisation des flux de trésorerie futurs, etc.).

En fin de compte, cependant, la valorisation retenue est la note acceptée par le vendeur et l’acheteur et diffère selon la méthode de sortie (rachat via un autre fonds, par des gestionnaires, via une introduction en bourse…).

Cependant, les investissements en private equity sont en partie recherchés par les investisseurs, en particulier par les personnes physiques, car ils ne sont pas cotés en bourse. Les cours des actions souscrites n’étant pas affichés quotidiennement, leur variation n’apparaît pas régulièrement,

Toutefois, cette variante existe. Il est en quelque sorte masqué par l’absence d’offre . Les actions de capital-investissement sont généralement évaluées annuellement, ce qui entraîne des changements de valorisation. date et se terminent réellement au moment de la vente.

L’investisseur en capital-investissement se protège de l’apparente volatilité de ses actions, qui résulterait d’une cotation continue. Cependant, il ne se protège pas contre le risque de capital restant comme il le fait pour tout investissement en actions.

Quelle rentabilité et comment la mesurez-vous ?

Étant donné que les actions ne sont pas cotées sur un marché, la rentabilité des investissements en capital-investissement ne peut pas être mesurée par le cours des actions et les dividendes reçus.

Pour mesurer la rentabilité des capitaux propres du secteur privé, nous utilisons différentes méthodes : l’IRR (rendement interne), le multiple ou l’indicateur PME.

IRR (retour interne)

Le TRI est le taux d’intérêt auquel les flux de trésorerie futurs peuvent être actualisés positivement (lorsque des espèces ou des titres sont distribués) et négativement (paiements de capital-investissement et appel de fonds) de telle sorte que la somme des les flux futurs actualisés correspondent à l’investissement initial.

Le TRI est souvent mesuré sur la base de l’année d’investissement . Pour la rentabilité d’un fonds, nous prenons en compte l’année de son premier investissement.

Fin 2019, le TRI moyen des fonds de private equity français était de 10,4 % sur 32 ans, 11,4 % sur 15 ans et 12,8 % pour les fonds clôturés au cours de cette période (source France Invest).

Au cours des 15 dernières années, ces fonds de private equity ont enregistré un rendement annuel nettement supérieur (11,4 %) aux principales capitalisations boursières parisiennes , mesurées par l’indice Cac 40 (6 %).

Dans cette comparaison, cependant, les risques beaucoup plus importants du private equity (risque d’illiquidité et risque de capital plus élevé) doivent être pris en compte que sur le marché coté à forte capitalisation . La différence de rendement est égale à Compensation pour ce risque supplémentaire, également connu sous le nom de prime de risque.

Comparaison du capital-investissement français et des autres classes d’actifs sur 15 ans (2005-2019) :

Source : France Invest/EY

Le TRI du capital-investissement dépend également du type d’entreprise . Le rendement du capital-risque est souvent inférieur à celui du capital de transfert.

Performance des fonds de capital-investissement en France par type d’opération

La rentabilité d’un investissement en capital-investissement varie également en fonction de la durée . Le TRI est négatif pendant plusieurs années avant de devenir positif et de croître.

La courbe de rendement au cours du temps présente donc une forme en J.

Performance d’un investissement en private equity

Source : Économie du BSI

Cette évolution négative au cours des premières années s’explique par le fait que les entreprises investies ne sont souvent pas rentables au début de l’investissement. sont. Ils le feront plus tard en développant leur activité.

Pour les fonds, un autre élément influe également sur la rentabilité au début et également pendant la durée de vie du fonds : l’importance des montants détenus et non encore investis dans des sociétés non cotées en bourse.

Dans le capital-investissement, cette partie de l’argent non investi est appelée « poudre sèche » ou « poudre à canon  » selon une métaphore militaire.

Après les différentes crises économiques, les liquidités introduites par les banques centrales dans le cycle économique sont considérables. En termes de capital-investissement, cette part de « poudre sèche » est relativement importante.

Dans le même temps, le nombre d’entreprises ayant un profil intéressant pour investir ne croît pas au rythme de l’afflux de liquidités. En conséquence, les entreprises les plus recherchées et secteurs d’investissement coûteux.

Un certain nombre d’analystes estiment que le marché du private equity est déjà surévalué et parle même d’une bulle.

La crise sanitaire de 2020 entraîne une baisse de la valorisation de nombreuses entreprises, ce qui peut changer la situation . Mais les dirigeants doivent être d’autant plus vigilants lorsqu’ils choisissent les entreprises les plus fortes.

Le multiple : distribution sur le montant versé et la valeur résiduelle sur le montant versé

La rentabilité peut également être mesurée par un multiple d’investissement, qui est la somme de

  • de DPI ou distribution à un retour payé ou effectif . Il s’agit de la somme que le souscripteur reçoit par rapport au capital investi pendant la durée de son investissement.
  • le CVPI ou la valeur résiduelle à verser, ou le rendement attendu ou potentiel . Il est défini comme la valeur estimée du fonds par rapport à capital investi.

La PME ou l’équivalent du marché public

Il existe également l’indicateur PME (Public Market Equivalent) , qui a été développé par Kaplan et Scholar en 2005. Cette méthode consiste à utiliser un indice de référence coté, tel que le Cac 40, puis à comparer le TRI de cet indice avec celui de l’investissement en private equity.

Quelle que soit la méthode, après avoir mesuré la rentabilité, la déclaration de revenus doit être conservée, ce qui est essentiel pour déterminer le rendement net.

la fiscalité du capital-investissement

Le capital-investissement fait partie du système d’imposition des valeurs mobilières. Il est possible d’optimiser cette fiscalité en plaçant ces investissements dans des enveloppes fiscales .

capital-investissement offre également des avantages fiscaux spécifiques Le  : réduction d’impôt sur les investissements, Exonération fiscale pour les gains en capital. C’est également le soutien à l’investissement qui permet de maintenir le report d’imposition des plus-values (article 150-0 b ter du CGI).

le régime de base : les gains et les plus-values résultant de la vente de valeurs mobilières

Comme tout titre, les actions non cotées sont imposées sur les dividendes et les gains en capital :

  • à un taux fixe IR de 12,8 % majoré de cotisations de sécurité sociale de 17,2 %, soit un taux total de 30 % (appelé impôt forfaitaire).
  • ou l’échelle IR (avec une décote de 40 % sur les dividendes, ajustement de valeur pour la durée de détention des plus-values si les titres sont achetés avant le 01.01.2018). Des cotisations de sécurité sociale de 17,2 % sont également dues sur les dividendes bruts ou les plus-values.

Il est possible d’optimiser cette fiscalité en plaçant ces actions dans un enveloppe fiscale telle que l’assurance vie ou PEA et PEA-PME.

Toutefois, ces titres doivent être éligibles au contrat d’assurance-vie. Il s’agit principalement de fonds de capital-investissement .

La fiscalité avantageuse de l’assurance vie permet de réduire l’impôt sur les intérêts IR de 7,5 % en cas de retrait après 8 ans et après déduction de 4 600€ pour un particulier et de 9 200€ pour un couple (pour les paiements postérieurs au 27 septembre 2017 : uniquement pour les intérêts de prime inférieurs à 150 000€).

autant que les titres soient éligibles, PEA et PEA-PME offrent une exception Pour pour les plus-values en cas de retraits après 5 ans. Seules les cotisations de sécurité sociale sont dues à un taux de 17,2 %.

Toutefois, l’investisseur peut (seul ou avec son conjoint, son partenaire, ses ancêtres et ses descendants) au cours des 5 dernières années et pendant la période pendant laquelle il est plan, ne détenait pas plus de 25 % des droits de vote de la société non cotée . Cela peut être le cas du private equity et nécessite une vigilance particulière.

De même, les dividendes reçus dans le cadre du PEA sont exonérés d’impôt mais dans la limite de 10 % du prix d’achat des titres .

les avantages fiscaux du private

equity Les investissements dans le capital-investissement peuvent s’accompagner d’avantages fiscaux :

  • En investissant dans le capital des PME de moins de 7 ans (ou de plus de 7 ans et en développement), vous pouvez bénéficier d’un taux de réduction Madelin de 18 % pour les paiements jusqu’au 10 août 2020 et de 25 % entre le 10 août et le 31 décembre 2020. Ce taux s’applique aux montants s’élevant à 50 000€ pour les personnes seules et à 100 000€ pour un couple sont limités. La loi de finances de 2021 prévoit d’étendre ce taux à 25 % d’ici le 31 décembre 2021. Cet avantage fiscal exige que les titres soient conservés pendant au moins 5 ans. Il est également soumis au plafond de l’écart fiscal global de 10 000€ .
  • En souscrivant via un FCPI (fonds d’investissement pour les investissements dans l’innovation) ou un FIP (fonds d’investissement local), vous pouvez également bénéficier du taux de réduction de 18 % porté à 25 %. Les conditions sont les mêmes, sauf pour la limite du montant du paiement : 12 000€ pour une personne seule et 24 000€ pour un couple. Au moment de leur vente, l’appréciation des actions de FCPI et FIP est exonérée d’IR (mais pas de cotisations de sécurité sociale) si la période de détention dépasse 5 ans .
  • souscription via un FCPR (Risk Mutual Investment) Fund) n’offre aucun allègement fiscal lors de l’investissement, mais vous permet de bénéficier de l’exonération IR pour les plus-values en vente La si les actions sont détenues depuis plus de 5 ans.

En outre, investir directement dans du private equity ou par l’intermédiaire du FCPR, des fonds de capital-investissement professionnels ou des sociétés de capital-risque permet, sous certaines conditions, de répondre aux critères de réemploi nécessaires pour différer l’imposition des plus-values dans les systèmes de transfert de transfert (articles 150-0 A et 150-0 B ter du Code général des impôts).

En raison de leur faible liquidité et de leur durée d’investissement, les investissements en capital-investissement doivent constituer une partie limitée des actifs. Il doit également être adapté à la situation, aux objectifs et au profil de risque de chaque investisseur.

Quand il offre une perspective de rendement élevé et ne semble pas être sujet à des changements dans la valorisation des marchés boursiers cotés, il serait faux de croire que le private equity est moins risqué. Le risque de capital est souvent plus élevé que pour les grandes capitalisations cotées, et le private equity fournit des liquidités supplémentaires

Pour réduire ces risques, une bonne diversification des investissements en private equity et un accès à l’information et à l’expertise sont nécessaires pour sélectionner ces actifs et les gérer de la meilleure façon possible.

Le recours à un consultant en gestion d’actifs et à un gestionnaire professionnel spécialisé dans cette classe d’actifs est essentiel pour identifier l’opportunité offerte par cet investissement et pour le gérer de la meilleure façon possible.

sources :

  • Étude France Invest/EY : performance du private equity
  • Étude économique de BSI : Performance du private equity français
  • article 150-0 A du CGI
  • Article 150-0 B ter du CGI

auteurs Anne Brouard

Anne Brouard est formatrice en intervention chez es-Banque pour CESB CGP, ingénieure patrimoniale et fondatrice de JUST DEEP CONTENT, une agence de contenu spécialisée dans la gestion d’actifs.