Quelle différence entre entreprise individuelle et EIRL ?

Quelle différence entre entreprise individuelle et EIRL ?

Il existe un certain nombre de formes juridiques adaptées à l’entrepreneur qui souhaite créer son entreprise. Cela inclut toutefois le statut EIRL , qui permet à l’entrepreneur de protéger ses biens personnels.

A découvrir également : Résiliation : résilier son contrat électricité chez EDF

Que signifie EIRL ? EIRL est synonyme d’entreprises individuelles à responsabilité limitée. Il s’agit d’une forme juridique créée en 2011. Ici aussi, le statut EIRL est un compromis entre l’entreprise individuelle (EI) et la SARL individuelle (EURL). Par conséquent, il convient de prêter attention aux caractéristiques de l’EIRL qui peuvent guider l’entrepreneur dans le choix du statut juridique.

Résumé exécutif :

I/Le statut EIRL II/ Déclaration sur la cession d’actifs Statut III/EIRL : avantages et inconvénients IV/ Le choix entre l’entrepreneur ou l’EIRL V/ Passer de l’auto-entrepreneur à EIRL VI/ Le choix entre les entreprises individuelles et l’EIRLTaxe VII/EIRL

A lire en complément : Pourquoi faire domicilier son entreprise ?

I/Le statut EIRL

À quoi correspond le statut juridique de l’EIRL ? Par définition, l’EIRL est une entreprise individuelle. Il n’a donc pas de personnalité juridique comme l’EURL. En fait, c’est l’entrepreneur individuel qui conclut personnellement les contrats et autres actes juridiques. Aucune entreprise ne s’interposera entre lui et ses créanciers.

Ici aussi, l’entrepreneur qui opte pour le statut EIRL est considéré comme un indépendant (TNS) et est donc affilié à la sécurité sociale des indépendants (anciennement RSI). Cependant, une telle affiliation peut être effrayante. En fait, personne ne peut ignorer les graves dysfonctionnements du RSI.

Néanmoins, le statut EIRL présente un avantage non négligeable. En effet, avec ce statut, vous pouvez bénéficier d’une responsabilité limitée profit. En fait, l’entrepreneur qui opte pour le statut EIRL peut constituer un héritage de commandes . Il sera ainsi en mesure de protéger la majeure partie de son patrimoine personnel. L’entrepreneur disposera alors de deux atouts :

  • Un héritage propre à son activité professionnelle. Sur cet héritage, en cas de défaut de paiement de la part de l’entrepreneur, les créanciers peuvent exiger de se payer eux-mêmes.
  • Un héritage personnel à l’abri des créanciers.

Toutefois, la constitution d’un tel patrimoine attributaire résulte d’un état d’appropriation des actifs .

II/ Déclaration sur la cession d’actifs

A) Définition de l’affectation

consiste la déclaration d’allocation d’actifs EIRL ? ? Le statut EIRL permet à l’entrepreneur de : pour protéger une partie de son patrimoine. En un sens, la déclaration de cession est le statut de l’EIRL En quoi .

Le statut EIRL permet à l’entrepreneur de protéger ses actifs personnels. En contrepartie, il doit préparer un état d’allocation d’actifs . En fait, cette déclaration permettra de distinguer clairement les biens commerciaux des biens personnels de l’entrepreneur. La déclaration de cession crée ainsi une séparation entre les biens personnels et les biens commerciaux. En fait, les créanciers professionnels ne peuvent exercer leurs droits de gage que sur des biens professionnels ; de même, les créanciers personnels ne peuvent exercer leur privilège que sur des biens personnels.

En outre, il est à noter que l’entrepreneur peut créer lui-même plusieurs patrimoines de cession. Cela peut être le cas s’il a des réalise des activités. Toutefois, la même propriété ne peut pas être attribuée à plusieurs héritiers.

B) Mention de la déclaration qui constitue la réduction d’affectation

Certaines informations obligatoires doivent-elles figurer sur la déclaration d’allocation d’actifs ? Comme pour toute forme de déclaration, l’allocation d’actifs doit être soumise à un certain formalisme. Par conséquent, la déclaration d’allocation d’actifs doit contenir certaines informations obligatoires, notamment :

  • des informations permettant d’établir l’identité de l’entrepreneur ;
  • Le nom utilisé pour l’activité professionnelle à laquelle les actifs sont affectés ;
  • L’objet de l’activité professionnelle à laquelle l’héritage est attribué ;
  • Date à laquelle l’exercice financier de l’entreprise se termine.

Ici aussi, une description descriptive des actifs concernés et de leur valeur doit être incluse. D’habitude c’est la valeur marchande des biens qui doit être prise en compte, sinon il est possible de maintenir leur valeur d’usage. En outre, le transfert de propriété du patrimoine de l’EIRL nécessite l’intervention d’un notaire. Toutefois, il convient de noter que certains actifs doivent nécessairement être affectés à l’héritage de l’EIRL. En fait, le statut EIRL signifie que l’activité professionnelle se voit attribuer tous les actifs, droits ou obligations utiles ou nécessaires à l’activité professionnelle .

Une fois la déclaration d’allocation d’actifs complétée, l’entrepreneur doit soumettre un dossier de création d’EIRL au CFE responsable.

Statut III/EIRL : avantages et inconvénients

Le statut Les avantages juridiques de l’EIRL présentent plusieurs avantages, notamment :

  • L’EIRL est une entreprise individuelle. L’entrepreneur est donc le les seuls décideurs ;
  • L’EIRL permet aux entrepreneurs de protéger leurs biens personnels. En effet, les risques liés à l’activité de l’entrepreneur ne feront qu’alourdir ses actifs professionnels.
  • Ici aussi, le statut EIRL vous permet de bénéficier du régime des microentreprises (ancien statut d’auto-entrepreneur) sous certaines conditions.
  • La fiscalité de l’EIRL est également intéressante pour les entrepreneurs, car ils peuvent opter pour l’impôt sur le revenu des sociétés ou l’impôt sur le revenu.

Cependant, le statut EIRL ne signifie pas seulement des avantages. En fait, cette forme juridique présente certains inconvénients, notamment :

  • Les entrepreneurs qui souhaitent construire un héritage professionnel rencontrent un certain formalisme lors de la mise en place de l’EIRL. En fait, l’entrepreneur doit préparer une déclaration d’allocation d’actifs, ce qui peut entraîner des difficultés. Par conséquent, déterminer quels actifs doivent être inclus dans l’héritage d’allocation et leur évaluation. L’intervention d’un professionnel peut être requise pour procéder à l’évaluation du bien.
  • En outre, l’entrepreneur est tenu de soumettre ses états financiers annuels comme s’il avait fondé une entreprise. Toutefois, il est certain que le statut EIRL n’entraîne pas la constitution d’une société ;
  • Après tout, le statut de l’EIRL n’offre que peu de perspectives de développement. En fait, l’entrepreneur est seul dans son EIRL. Il n’aura pas l’occasion de faire venir de nouvelles personnes dans son entreprise. Ici aussi, le passage du statut EIRL au statut de société n’est pas facile et implique une partie des formalités.

IV/ Le choix entre l’entrepreneur automobile ou l’EIRL

Les entrepreneurs éligibles au statut de micro-entreprise n’ont pas besoin de : choisissez entre les entrepreneurs automobiles ou l’EIRL. En fait, un trait distinctif du statut EIRL est le cumul possible avec le statut d’auto-entrepreneur sous certaines conditions .

Ainsi, un entrepreneur qui exerce son activité sous la forme d’un EIRL peut utiliser le système des microentrepreneurs s’il remplit les conditions de participation, notamment :

  • avoir un chiffre d’affaires hors taxe (CVC) inférieur à 170 000 euros pour des activités commerciales ;
  • Disposer d’un CAHT inférieur à 70 000 euros pour la prestation de services ou d’activités libérales.

Il apparaît également que la différence entre l’EIRL et les entrepreneurs automobiles est principalement due aux systèmes sociaux et fiscaux spécifiques à chacun de ces statuts. En fait, l’entrepreneur EIRL peut être affilié au système social des indépendants, tandis que le système des micro-entreprises offre l’avantage du régime microsocial.

V/ Passer de l’auto-entrepreneur à l’EIRL

facile de changer le statut d’un micro-entrepreneur (ancien auto-entrepreneur) en EIRL. En fait, il suffit de suivre la procédure d’allocation des actifs spécifiques à l’EIRL. Deuxièmement, la possibilité de réglementer les microentreprises doit être dénoncée Il est . Cet avis doit être fait avant le 1er février de l’année civile pour laquelle l’entrepreneur ne souhaite plus bénéficier de la réglementation des micro-entreprises.

VI/ Le choix entre les entreprises individuelles et l’EIRL

La différence entre l’IE et l’EIRL est principalement la responsabilité du contractant. En fait, l’entrepreneur individuel souffre d’une responsabilité illimitée. Ces créanciers peuvent confisquer la plupart de leurs actifs personnellement, à l’exception de certains actifs insaisissables (Résidence principale, propriété déclarée inconfiscable). La responsabilité est limitée en vertu de l’EIRL ; l’entrepreneur indépendant n’a pas à craindre que ses créanciers n’emportent ses biens personnels.

Cependant, la responsabilité n’est pas le seul critère pour choisir entre IS et EIRL. En fait, les coûts associés au statut EIRL doivent également être pris en compte. Le coût de mise en place de l’EIRL doit donc être pris en compte. Cependant, l’EIRL implique des exigences comptables plus strictes que dans le cadre d’une entreprise individuelle simple.

Taxe VII/EIRL

L’EIRL est une entreprise individuelle. Par conséquent, il est normalement soumis à l’impôt sur le revenu (IR). L’entrepreneur est donc personnellement imposé selon le barème d’imposition progressif dans le cadre de l’IR. Ses revenus sont classés comme BIC (bénéfices industriels et commerciaux) ou NBC selon la nature de son activité (bénéfices non commerciaux). De plus, si l’activité est déficitaire, cela est dû au revenu total de l’entrepreneur.

Là aussi, l’entrepreneur de l’EIRL peut bénéficier du régime de microtaxe s’il est éligible à la régulation des micro-entreprises.

Il est également possible pour l’EIRL d’exercer une option d’impôt sur le revenu des sociétés (IS). Dans ce cas, les bénéfices sont imposés à l’échelle de l’entreprise. Un taux réduit de 15 % s’applique aux 38 120 premiers euros de gains. Ici aussi, un taux réduit de 28 % s’applique pour une part de bénéfice comprise entre 38 120 et 500 000 euros. En outre, les bénéfices sont imposés au taux standard de l’Etat islamique.

Toutefois, il convient de noter que l’option est irrévocable pour les SI.

CreezvotreeIRL